ZEROSECONDE.COM: Conspiracy files (BBC) (par Martin Lessard)

ZEROSECONDE.COM

Impacts du numérique sur la communication, notre société, nos vies.

Conspiracy files (BBC)

Un acteur de taille se lance dans le débat entourant la théorie de la conspiration 9-11 : la BBC a offert à la télé dimanche dernier une heure d’enquête sur le phénomène.

Qui aime bien “X-Files” et “24” aime bien suivre la saga conspirationniste du 11-septembre. Il y a du John LeCarré là-dedans. Et on se surprend de douter de la version officielle.

Jusqu'à maintenant, j'ai surtout couvert le sujet lorsque le “mème” se transportait par format audio-visuel sur le réseau. Côté littérature, la somme de sites couvrant cette théorie de la conspiration (et ses contre-théories) est très bien développée et prospère, merci.

Mais sur le terrain Internet, il manquait encore des joueurs de taille pour rivaliser avec les Loose Change : la BBC nous offre dans le cadre de sa série Conspiracy Files un reportage bien mordant sur la théorie... et prends position.

À VOIR : BBC' Conspiracy Files : 9/11 (sur 911blogger.com)

C’est 1 heure chrono, bien serré et bien monté. La BBC, après avoir passé en revue les assertions les plus troublantes des “théoriciens”, en les confrontant une à une avec des témoins oculaires ou des spécialistes, conclut que cette théorie de la conspiration n’est que ce qu’elle est : une théorie.

Trace de conspiration
Elle affirme que s’il y a eu conspiration, c’est peut-être le fait d’avoir masqué après coup les manques de communication entre les agences (FBI/CIA). Ce manque de communication, on le sait, a conduit les terroristes à traverser les mailles du filet.

Et on entend "conspiration" dans le sens où plus d’une personne se serait concertée pour faire dire les mêmes choses. Et dans le cas présent, elle serait a posteriori : le gouvernement et les agences pour cacher leurs manquements auraient manqué sciemment de transparence afin de se couvrir.

Il est intéressant ici d’observer deux choses :

1. Conclure qu’il n’y a pas de conspiration demande le même acte de foi que de croire à la conspiration. Les journalistes enquêteurs ont monté un document tout aussi convainquant, dans sa rhétorique que Loose Change. Car on demande de croire que l’enquête a été faite de bonne foi et que les interviews, les liens et les conclusions sont désintéressés et sincères.

2. La légitimité des journalistes est plus grande : outre leur affiliation à la BBC, qui leur donne une crédibilité instantanée, les journalistes ont effectué leur enquête sur le terrain. Le document montre les théoriciens comme ils sont : des théoriciens. Ces derniers sont dans leur bulle, et leur source est puisée dans les archives accessibles. Les journalistes ont été cherchés les informations manquantes.

La force du journalisme classique est patente : en allant sur le terrain, et interviewant des témoins, et créant de la nouvelle matière, de la nouvelle information, on démontre ainsi, comme le dit Chomski, qu’il naïf de croire que l’on peut faire son enquête derrière un clavier.

La contre-conspiration
La BBC a réussi un beau document, et s’il n’aide pas à rassurer les fans de la théorie de la conspiration (il faut voir les commentaires excessifs laissés sur le site web de la BBC) en évitant de débattre toutes les assertions conspirationnistes (par exemple, sur l’hypothèse d’une démolition préparée d’un ou des immeubles du World Trade Center où on demande de croire sur parole un spécialiste), il donne des munitions à ceux qui cherchent à passer à autre chose.

6 commentaires:

mardi, février 27, 2007 7:03:00 PM Marc André Bélanger a dit...

"s’il n’aide pas à rassurer les fans de la théorie de la conspiration." Je crains que ceux-ci ne puisse l'être. C'est une question de foi, donc aucun argument rationnel peut faire changer d'idée.

En passant, "LeCarré"

mercredi, février 28, 2007 4:42:00 AM Martin Lessard a dit...

Merci MAB, j'ai corrigé LeCarré dans le texte...

mercredi, février 28, 2007 7:59:00 AM Alain Robert a dit...

Ce que je trouve le plus intéressant est que la "théorie officielle" du gouvernement Bush (le même qui nous parlait d'armes de destruction massive en Iraq, des supposés liens de l'Iraq avec "Al-Qaeda", etc.) est elle même une théorie de la conspiration.

La majorité des gens ne veulent(ou ne peuvent) pas accepter la possibilité que leur gouvernement soit impliqué dans un tel événement. C'est plus facile (et rassurant) de croire que des méchants arabes ont fait le coup, malgré les évidences et les énormes trous dans la théorie officielle.

C'est également facile de prendre les théories de la conspiration les plus folles pour discréditer TOUTES les théories alternatives à celle du gouvernement Bush.

mercredi, février 28, 2007 10:13:00 AM Martin Lessard a dit...

Alain, sur votre dernier point, il est vrai que les théories sont toutes mises dans le même panier. Et pour être juste, si une des théories est loufoque, cela n'est pas nécessairement vrai pour toute.

Pour ce qui est de la "théorie officielle" de Bush, pour être aussi postmoderne, elle ne serait qu'une théorie conspirationniste parmi toutes les autres.

Dans ce cas précis, on ne peut pas relativiser ainsi : elle reste la seule théorie qui porte le seau "officiel" et est donc unique : elle n'est pas "une" des théories, mais "la" théorie.

Et vous le faite bien remarquer, c'est elle aussi une théorie du complot (de l'externe). Ce qui est assez gênant pour leur services de contre-terrorisme, car il semble que les signes étaient connus.

Ceci dit, et je crois que c'est le travail des conspirationnistes, il est bien de rester sceptique : ce ne serait pas la dernière fois qu'un gouvernement mentirait.

Dans le cas qui nous intéresse, je ne crois pas que la BBC soit à la solde des gouvernements. J'aurai tendance à mettre dans la balance leur propre "théorie" (qu'il n'y a pas de conspiration du complot de l'intérieur) contre les autres.

Encore, ici, et je l'ai répété dans de nombreux posts auparavant, ça reste ensuite une histoire de foi : qui croire?

Il s'agit de valider la crédibilité d'une histoire du réel à partir de faits et de rapports. Or l'enquête de la BBC se basent sur des témoins occulaires directs. Ce qui lui donne à mon avis une forme de crédibilité importante.

À moins de penser que la BBC se soit tombé dans le panneau ou ait consciemment menti. Ce qui les metterait dans le même bateau que Bush. Ça commence à faire beaucoup de monde ;-) ...

De toute façon, à ce que j'en crois, on a pas fini d'en entendre parler...

vendredi, mars 16, 2007 4:03:00 PM Pierre a dit...

Bonjour,

d’après moi les jours à Bush sont compter et il essait par tout les moyens d’effacer le passé mais le mal est fait et la vérité va le rejoindre avant la fin de ces jours.

Publier un commentaire

Les commentaires sont fermés.