ZEROSECONDE.COM: La fin des journaux (par Martin Lessard)

ZEROSECONDE.COM

Impacts du numérique sur la communication, notre société, nos vies.

La fin des journaux

La presse et les médias vivent une révolution, une rupture, un effondrement. Quand on titre "La fin des journaux" un livre écrit par le rédacteur en chef à l'Expansion, il y a péril en la demeure.

La fin des journauxUn petit livre, La fin des journaux, de Bernard Poulet, sorti cet hiver et que je viens de terminer (ah les vacances!) résume bien la situation. Si vous voulez vous mettre à jour sur la situation de la presse, en français dans le texte, je vous le conseille: il vous pointera les endroits chauds du dossier de l'heure (mais sans toutefois les approfondir).

Les tendances lourdes («montée en puissance d'Internet, migration des budgets publicitaires et des petites annonces vers les médias électroniques, désaffection du jeune public pour l'écrit, culture du tout-gratuit») que Bernard Poulet observe sont à l'origine de la " révolution en cours de la presse écrite". S'il avait lu mon dernier billet, il aurait pu dire que la presse vit une "rupture".

« Une rupture est une période où la société est en quête de sens ; il y a perte de sens parce que les idéaux qui ont animé notre culture se dérobent. » (Michel Cartier, source).

L'idéal du journalisme est mis à mal par Internet. Et son intervention cherche à réveiller principalement ses pairs, francophones, mais surtout français, qu'ils jugent trop amorphes face à la situation, alors que depuis déjà quelques années les Américains les abordent de front. Son discours résume, aujourd'hui, l'état de la question.

Peut-être est-il le temps de paniquer
C'est le titre de son premier chapitre. Il montre comment devant la "montée des périls" les journaux anglo-saxons ont réagi. Peut-être pas toujours avec succès, encore, mais avec une véritable combativité. Il déplore que les milieux de la presse française trouvent « exagérés » les coups de tocsin. Bernard Poulet illustre à grand renfort de statistiques l'hécatombe en cours.

Publicité : les journaux asphyxiés
Dans son deuxième chapitre, sous ce titre, il souligne que la «crise ne tient pas seulement à la perte d'audience. Elle résulte du découplage entre les nouvelles et la publicité» (p.32), en citant The State of News Media 2008. « La presse imprimée ne sera bientôt plus le support de base d'une campagne publicitaire » (p.46), citant cette fois-ci un vice-président d'un cabinet d'études américain. Les lecteurs ne font pas que migrer sur Internet, ils abandonnent le navire de la "consommation de news", bref ils s'informent moins.

Les annonceurs peuvent, aujourd'hui, accrocher leur pub ailleurs que sur de l'info. La «réclame», qui faisait vivre le journalisme de qualité tout en permettant de réduire le prix de vente des journaux et de rejoindre un public très large, est un modèle d'affaires cassé (p.67). Qui va "financer" le traitement des affaires de la cité? Comment les citoyens peuvent-ils faire des choix éclairés? Comment les dirigeants peuvent-ils connaître l'histoire qu'ils font? C'est là que l'auteur situe l'enjeu.

Pause
Évidemment, on pourrait répliquer, sans pour autant tomber dans le cynisme, qu'il prend pour acquis que le citoyen (1) utilise ce média pour faire des choix et (2) qu'il est de surcroît un être rationnel dans ces choix "éclairés". Je ne veux pas l'offusquer, mais au vu des "choix éclairés" que les citoyens font parfois on se demande si la presse a une influence --et je ne parle pas du fait que cette presse dérape par moment.

Mais revenons à son livre, comment financer la plus-value qu'apporte le journaliste de qualité? Je ne crois pas qu'il a lu mon blogue, mais il dit ce que je dis depuis 2004, avec d'autres, que les «nouvelles technologies façonnent une autre manière d'être au monde, un autre rapport à la connaissance et à la culture» (p.81)

Éclatement de la scène publique commune
On lira avec profit le chapitre 5 qui porte ce nom. Il aborde le mythe du journalisme d'investigation («invention» récente) et la perte d'autorité du politique, des médias et des intellectuels (sujet dont je vous entretiens ici régulièrement) ainsi que la montée du vedettariat (qui n'a pas commencé avec la blogosphère).

Il débusque avec clairvoyance l'idéologie de la «transparence» qui n'apporte pas que du bonheur. Un pouvoir qui entretient la langue de bois et le "politically correct". D'abord exigé des politiciens, il est maintenant en train de ronger les médias. La transparence délégitimise les institutions alors que la blogosphère s'en accommode bien. «C'est un changement de pouvoir» (p.191)

L'idéologie d'Internet
Dans le chapitre 8, où il parle expressément d'Internet, on aura un bon aperçu de la pensée des journalistes sur notre sujet favori. On notera tout de suite que le ton condescendant que l'on trouve d'habitude dans la presse jusqu'en 2008 (année où j'ai remarqué un changement de ton) est ici moins prétentieux. Il accompagne la quasi-totalité des intertitres d'un pont d'interrogation («le retour de l'utopie?; le triomphe démocratique? Un monde sans experts?; tous journalistes? l'intelligence des foules? Etc.) un peu pour marquer sa désapprobation critique, mais aussi pour éviter des affirmations qu'il sait à contre-courant --et avec lesquels il aura à vivre si le papier meurt).

Il reconnaît que pour survivre, il faudra affronter la bête, monter «à l'assaut du web». Les quelques pistes qu'il explore tournent autour de l'hyperlocal, du partage et de la discussion, bref de créer des liens avec les communautés.

« Si nous ne sommes pas dans les réseaux sociaux. Les lecteurs nous oublieront» (p.185). Bingo! Voilà l'avenir de l'information! Vous ai-je dit que le titre complet était "La fin des journaux et l'avenir de l'information"?
" Se connaître soi-même, c'est s'oublier. S'oublier soi-même, c'est s'ouvrir à toutes choses." Dôgen (1200-1253)

2 commentaires:

mercredi, juillet 22, 2009 1:38:00 PM Michel Monette a dit...

Comme je le disais en blague à Vallier Lapierre sur Twitter (@VallierLapierre), la fin du monde fait toujours vendre ;-) Je ne sais pas pour la France, mais pour ici une Fondation qui soutiendrait à la fois une réflexion et des initiatives nouvelles (comme le fait la Knight Foundation aux États-Unis ex.: http://www.pbs.org/idealab/) serait génial. Les entreprises de presse pourraient mettre des sous dans une telle fondation, tout comme elles pourraient contribuer à la mise sur pied d'une chaire universitaire sur le journalisme citoyen, comme je le suggérais ici http://bit.ly/HdFwU à Patricia Tessier. Il n'est pas interdit de rêver.

mercredi, juillet 22, 2009 6:15:00 PM François Lessard a dit...

Vous avez le tour de dénicher des livres intéressants.

Publier un commentaire

Les commentaires sont fermés.