ZEROSECONDE.COM: Rue89 débarque au Québec (par Martin Lessard)

ZEROSECONDE.COM

Impacts du numérique sur la communication, notre société, nos vies.

Rue89 débarque au Québec

Quebec89.com est le nom du site et est l’extension québécoise du site français Rue89. Géré par Branchez-vous! partenaire officiel de Rue89, sa rédaction est entièrement québécoise et indépendante de celle de Rue89 ( et elle est aussi indépendante de la rédaction de Branchez-vous! matin ).

Quebec89

Donc, 65 ans après le débarquement des Québécois en Normandie, les Français débarquent dans le paysage médiatique québécois avec l'aide de la résistance de Patrick Pierra et qui constituera constitue en quelque sorte le «magazine journalistique et participatif d’actualité» du groupe.

Il est annoncé que la filiation entre les deux sites est "directe", mais que "Québec89 présente quelques caractéristiques qui le distinguent de son grand frère" :

- Une spécialisation sur le Québec et l’actualité directement pertinente pour les Québécois (pasi d’information internationale) : politique, médias et société

-Une équipe et des moyens plus réduits (le Québec est dix fois plus petit que le marché français): environ un article est prévu par jour.

- Une fonction « En direct » permettant aux usagers de "publier plus immédiatement leurs informations et leurs commentaires".

- L’association au portail d’information BRANCHEZ-VOUS.com, dont Québec89 constitue en quelque sorte le «magazine journalistique et participatif d’actualité».
Pourquoi «Québec89»? parce que Rue89. Pourquoi «Rue89»? «89» pour évoquer les 3 révolutions: la liberté (Révolution française de 1789), les «murs qui tombent» (Berlin, 1989) et l’invention du Web (1989).

Petits caractères

Vous voulez participer? Le site accepte seulement les contributions les journalistes professionnels (ou les étudiants en journalisme). Tous les autres collaborateurs sont bénévoles. Les articles sont achetés à prix fixe : 50$, quelle que soit sa longueur (Si jamais par la suite, il ne peut être publié alors qu’il a été livré, la compensation de 25$. Maximum 12 articles rémunérés par mois.

Ce qui donne un gros max 600$ (383 EUR) de revenus pour le journaliste pigiste = 7200$ par année (4600 EUR). Finalement, il n'y a pas beaucoup plus de différence que de bloguer gratuitement sur le web...

MàJ : 3 pigistes/correspondants réguliers assureront l'armature du site, et les efforts de développement et de gestion (technique, promotion, vente).(source)

5 commentaires:

jeudi, août 27, 2009 7:38:00 AM ZeLaurent a dit...

À son lancement, Rue89 avait le "prestige" des anciens de Libé. Avec son affiliation Branchez-Vous au Québec, le prestige est bien moins grand. Ça peut avoir autant d'influence sur les contributeurs que sur les lecteurs.

jeudi, août 27, 2009 8:16:00 AM Claude a dit...

Le prestige de Libé, ca été important, surtout avec Serge July qui a anoncé la mort du journal et qui a predit le future du role des blogues dans le future... Ici il aura les journaliste du Journal de Montréal (possiblement de rue Frontrenac) et bientôt de la Presse, si les grondement syndicaux et les revenues continue a baissé. Et en plus il y a aura les journalistes de ICI qui viens juste de finir il ya q mois... pas si différent.

jeudi, août 27, 2009 10:41:00 AM Martin Lessard a dit...

Claude, ZeLaurent, vous me confirmer l'impression que me donne ce qui se trouve sur le site actuel.

Évidemment, il y a un lien direct entre combien on paye les journalistes (pigistes compris) et la qualité du contenu. On peut bien parler de participation de l'audience, mais le journal, ce sont les journalistes qui le feront.

Rue89 contrôle son contenu éditorial (ce n'est pas Centpapiers ou Agoravox) et ce n'est pas un hasard si leur percée a dépassé les deux journaux citoyens.

Laissons la chance aux coureurs, même s'il est vrai aucun portail journalistique au Québec ne s'est démarqué encore et que l'on se demande si ça arrivera un jour.

jeudi, août 27, 2009 10:54:00 AM Patrick Pierra a dit...

Merci de l'intérêt pour ce projet, qui est très excitant.
Petite précision: l'évaluation budgétaire de Martin ne tient pas compte des trois pigistes/correspondants réguliers qui assureront l'armature du site, ni bien sûr des efforts de développement et de gestion (technique, promotion, vente).
On souhaite conserver l'esprit de Rue89, mais adaptée à un marché beaucoup plus petit, avec une formule plus ciblée, et avec un projet qui vise l'autofinancement - seul gage de son indépendance, de sa pérennité et, à terme, de son succès - à plus court terme que le modèle français.

jeudi, août 27, 2009 11:16:00 AM Martin Lessard a dit...

Patrick, merci de la précision. je vais le rajouter dans le texte pour qu'il n'y ait pas de confusion.

Que Québec89 soit une réussite, on le souhaite tous. Et pour l'esprit de Rue89, souhaitons qu'il traverse l'Atlantique, d'une part, et qu'il trouve une bonne terre d'accueil ici, d'autre part.

Car on ne se le cache pas, ce sont les journalistes qui vont maintenir l'esprit _et_ les lecteurs qui vont l'encourager. L'un ne va pas sans l'autre. Alors là, l'esprit sera préservé.

Quant à l'autofinancement, BV!, en fait, vous, avez montré la voie depuis le début. Mais, oui, sur un si petit marché le défi est grand.

Je me demande si des alliances stratégiques avec des partenaires (genre Institut du Nouveau Monde, des universités ou des centre de veille comme le CEFRIO) pourront garantir un niveau élevé, et aider à maintenir l'esprit de Rue89 (et compenser pour l'évidente petitesse des ressources que Québec89 possède)

Je dis ça en tout sympathie, car dans le paysage Québécois, et particulièrement numérique, l'entraide et la synergie paye plus que notre sacro-sainte manie de se manger la "laine sur le dos".

Je vous souhaite longue vie.

Publier un commentaire

Les commentaires sont fermés.