ZEROSECONDE.COM: La lecture en éclats (par Martin Lessard)

ZEROSECONDE.COM

Impacts du numérique sur la communication, notre société, nos vies.

La lecture en éclats

"Le véritable supplément à la mémoire n’est plus le document ni même la bibliothèque, mais Google". Christian Vandendorpe, l'auteur de l'excellent Du papyrus à l'hypertexte: Essai sur les mutations du texte et de la lecture, propose un brillant exposé pour raconter le divorce de la lecture longue et de la lecture courte (via JM Salaün).

Star Pupil, 1954Dans La lecture en éclats, publié dans la revue Arguments l'an passé [3400 mots / 15 min], il soutient que "’hypertexte donne au lecteur la même liberté de coq-à-l’âne que la conversation familière". La lecture, on s'en doute maintenant, serait influencée par le support.

Première victime de la "technologie"
Le rouleau de papyrus, par exemple, qui fut durant trois mille ans le support de l’écrit, a été remisé aussitôt le codex apparu. Cet ancêtre de notre livre actuel ayant montré qu'il était meilleur support pour la lecture, nous raconte le professeur au Département de français de l'Université d'Ottawa. Le livre, alors, restera-t-il au côté de l'ordinateur? Il ne va jusqu'à annoncer sa disparition.

Ce qu'il fait par contre c'est de décrire le déploiement de la lecture courte et le retranchement de la lecture profonde causé par les nouvelles technologies.

"Le livre étant une totalité finie, il propose implicitement un contrat de lecture qui va de la première à la dernière page." "L’imprimerie a fait de la lecture une activité privée".

"Le roman est [...] le livre par excellence, que le lecteur va lire de la première à la dernière page et dans lequel il peut se laisser absorber au point de perdre toute conscience du monde extérieur."

Cette activité de lecture de la continuité, sur lequel reposait le livre, a volé en éclat. L'art du romancier a comme base le temps, et consiste à retarder le dénouement tout en le faisant désirer de plus en plus fortement, dit-il. La lecture profonde demande un abandon.

L'écran superficiel
Mais on ne lit pas de livre à l'écran. Du moins, premièrement, l'équipement actuel n'autorise ni un confort visuel, ni une aisance dans la position de lecture et deuxièmement l'offre interactive ou sociale se trouvant souvent à un clic, il y a peu de chance que Proust ou Tolstoï puissent compétitionner avec Facebook, YouTube ou vos courriels.

Vanderdorpe appelle cet espace un "espace de séduction" où abondent icônes et couleurs, alertes et correspondance qui ont l'heur de distraire le lecteur de l’attention cognitivement exigeant que la véritable lecture de fond requiert. (Avez-vous réussi à tenir jusqu'ici sans basculer la fenêtre de zéroseconde?)

Lire comme on converse
"L’art d’écrire, tout comme celui de raconter, consistait jusqu’ici à créer des attentes chez le lecteur pour ensuite les satisfaire." rajoute l'auteur, or l’hypertexte offre des occasion à un interlocuteur pour facilement "saisir au bond un élément quelconque pour changer le sujet en suivant ses jeux d’association."

La "conversation" caractérisant le "web 2.0" trouve ainsi sa source.

"[L]e lecteur cédera facilement à la tentation de changer de sujet, de soulager la tension mentale que pose sa lecture en dérivant sur un sujet connexe". Ce qui est l'apanage de la lecture courte.

"[U]ne lecture «en immersion», mobilisant totalement l’imaginaire du lecteur sur une longue période de temps" est la caractéristique de la lecture profonde.

Avec l'arrivée imminente des tablettes et l'amélioration des liseuses electroniques, pourra-t-on revoir resurgir une lecture profonde qui "est une excellente école pour entraîner la mémoire, l’attention au détail et la capacité de synthèse"?

---
Image : Superbomba

9 commentaires:

samedi, août 29, 2009 12:49:00 AM François Lessard a dit...

Vous terminez votre texte en vous demandant s'il y aura retour de la « lecture profonde » avec l'arrivée des «itablette». Pourtant vous envisagiez la possibilité, il n'y a pas si longtemps dans votre blog, d'une possible ouverture des ebook aux hyperliens (permettre de lier des fragments de textes pour des citations hors de la «itablette» ), ce qui apporterait une explosion littéralement de la façon de lire. Je crois que la «lecture profonde» pourra être une notion qui deviendrait vite obsolète avec cette technologie. Si toutefois la perspective de voir se développer une autre manière de lire que j’ose appeler « éclatée » ne nous fait pas peur, nous pouvons nous attendre à qu’elle supplante peut-être la «lecture profonde».

Lire un Tolstoï avec des hyperliens avec un wikipedia (je spécule,je ne me le cache pas) pour connaître une définition. Ou encore avec Google Map pour bien situer une action, voir même lier un paragraphe avec un blogue spécialisé à l'âge d'or de la littérature russe. Et voilà qui va nous ouvrir à une « lecture éclaté » qui ne pourra pas être « longue » ( dans l'esprit de M. Vandendorpe) par ce qu’il n’y aura virtuellement plus de fin à la multitude de possibilité de lecture .
Je n’invente pas vraiment ce que j’avance, tout le web 2.0 aspire depuis belle lurette à cette nouvelle lecture possible de la littérature « éclatée ». C’est juste que nous n’avons pas vraiment idée où tout cela nous amènera réellement (spéculation mise à part). Dans ce sens, je partage l’avis de dire : « La lecture serait influencée par le support ».

Mais le livre ne disparaîtra pas, tant qu’il y aura des humains ayant encore la capacité de concentration pour lire plus qu’un paragraphe sur Facebook.

samedi, août 29, 2009 12:51:00 PM Martin Lessard a dit...

François, le livre existera comme outil spécialisé pour la concentration profonde (dans le cas où un contenu demande une immersion) ou comme appoint loin d'une prise de courant.

samedi, août 29, 2009 6:20:00 PM d.foucreault a dit...

Merci Martin pour cette lecture... Et que dire de cette finale qui n'est pas simple panégyrique de la lecture «hypergarrochée»

«En effet, cette forme de lecture exige que l’esprit soit totalement ouvert et réceptif au texte, ce qui suppose que le lecteur maîtrise son impatience, qu’il fasse taire ses préconstruits et qu’il accepte de suivre le fil du développement en cours, même si celui-ci est parfois monotone, bref, qu’il remette à plus tard l’exploration des sentiers de traverse qu’il serait tenté de prendre et soit entièrement dédié à l’activité en cours. Tout cela suppose une attitude mentale que le grec désignait par le terme skholè, qui désigne au sens premier le repos, le loisir, la lenteur et, par extension, l’activité studieuse. Ce terme a aussi donné le mot «école». »

samedi, août 29, 2009 6:24:00 PM Anonyme a dit...

oups Martin, on a aussi l'ordi partagé ici. Tu m'avais peut-être reconnu mai d.foucreault (ma blonde) c'était plutôt Luc J.

samedi, août 29, 2009 7:48:00 PM Luc Jodoin a dit...

Je ne sais pas si c'est que nous sommes une société distincte, mais cette désaffection de la lecture ne semble pas se traduire au Québec, du moins à Montréal si je me fie aux statistiques d'emprunts dans les bibliothèques. Si on compare les prêts effectués entre jan et juin de 2008 et 2009, on constate une augmentation de près de 10% (400 000 prêts).

Je suis de ceux qui pensent que l'euphorie numérique n'entre pas en concurrence avec le livre physique, tant s'en faut, ils se complètent, s'additionnent, se multiplient et se renvoient de jolis ascenseurs.

Autre fait intéressant, au contraire du tout numérique, les bibliothèques physiques (comme les librairies sans doute) sont encore des lieux où la fiction dominent le documentaire (dans une proportion, de mémoire, d'environ 55% - 45%).

De bonnes nouvelles, somme toute : quand on sait, on peut; quand on lit, on réussit ( non, je ne me lance pas on politique!). Et quand on gazouille on trouve aussi de belles perles à lire et à partager...

samedi, août 29, 2009 11:16:00 PM Martin Lessard a dit...

Luc, je ne saurais trop dire si l'activité studieuse (qui demande lenteur et écoute) est une chose déjà très répandue. Je ne crois guère qu'elle constitue une activité fréquente pour des personnes qui n'ont pas été à l'Université ou pour les travailleurs du Savoir (qui sont souvent les mêmes, d'ailleurs).

Ne serait-ce pas plutôt la lecture courte qui est en train de prendre du galon? On y trouve des avantages et une certaine reconnaissance sociale d'une compétence transversale --peut-être même une classe s'épanouira en passant maître des flux d'information (knowledge just-in-time, veille d'automatisme, conversation commerciale).

Je serais prêt à dire, en faisant un lien avec tes statistiques, que la lecture de fiction risque de rester encore longtemps une lecture profonde (à ne pas mélanger avec lecture sur livre) car il y a un fond très humain d'aimer le storytelling.

Pour les autres domaines, la notion d'auteur, comme le montre Wikipedia peut-être, risque d’en prendre pour son rhume -- le lecteur construisant son récit au détour de chaque hyperlien...

(Je ferai une nuance quant à associer les prêts au statistique de lecture. Ma petite expérience non scientifique me fait constater que le miniboom de natalité peut y être associé, car ma petite famille et moi avons (re)découvert les bibliothèques et empruntons régulièrement le maximum permis de documents --et nous ne lisons (malheureusement) pas tous au final).

dimanche, août 30, 2009 8:09:00 AM Luc Jodoin a dit...

Martin, je ne veux pas faire l'apologie de la lecture studieuse, toutes les lectures sont bonnes et aussi les lectures courtes. Tant mieux, si elles prennent du galon. Et vivement que les classes se mettent au contrôle des flux informationnels, si ça peut favoriser une appropriation un plus ludique et «sexy» du savoir et du faire.

(Je ne pense pas que le «boom de natalité» ait joué un rôle prépondérant sur la lecture publique. Préfère penser que ça découle d'actions ciblées des promoteurs du livres et de documents de tout format : blogueur, bibliothécaires, animateurs, écrivains, journalistes, éducateurs, professeurs et de «webistes» toutes catégories.

Les statistiques ce sont des indices, ça marque des tendances, aucun contrôle de lecture au retour des documents ;) - grand bien nous fasse, l'école décourage encore trop souvent le jeune à lire -. Et la tendance est forte. À moins - horreur - que nous ne soyons pas «distinct» mais tout simplement en retard de deux ans sur le reste de la planète...)

Luc Jodoin

dimanche, août 30, 2009 4:29:00 PM Martin Lessard a dit...

Luc, je ne peux qu'admettre que si la fréquentation d'une bibliothèque augmente, c'est surement que la lecture augmente aussi (la corrélation est plus grande disons qu'entre la fréquentation de la piscine et la lecture ;-)

Les efforts des intervenants que tu mentionnes ont eu absolument un impact positif. De plus, je crois qu'internet, qui est foncièrement un média de lecture (pour l'instant) donne le goût de la lecture aux internautes...

dimanche, août 30, 2009 6:41:00 PM François Lessard a dit...

La technologie du ebook n'a d'utilité que pour le travail, dans les loisirs la lecture electronique "courte" sera privilégiée. Le livre gardera sa place près de notre table de chevet et la lecture "profonde" aura une longue vie devant soi. C'est plutôt l'avènement de la lecture "éclaté" qui restera à découvrir dans les années à venir. J'ose croire qu'elle apportera son lot d"ouvre magistrale (mais peut-etre éphémère). Vous avez déja sous vos yeux une génération qui apprend à voir de la fiction de façon non 'storytelling'. Nos jeunes construisent leur aventure cinématographique dans des jeux vidéos balisés ou libres. Le cinéma est en crise et ce n'est pas pour rien: les jeunes se font leur histoire de fiction à travers l'industrie du jeux (qui a déjà dépassé l'industrie cinématographique depuis des années). Si on peut extrapoler, les lectures ''éclatées" et leur impact pourraient avoir un semblant de rapprochement avec ce qui passe dans le monde des jeux vidéo. Un art du roman 'éclaté' pourra naître sur la toile, peut-être.

Alors le débat de lecture 'profonde' ou 'courte' sera dépassé. Il y aura ceux qui liront en vrai et ceux qui liront en virtuelle. Deux clientèles, comme le théâtre et la télévision.

Publier un commentaire

Les commentaires sont fermés.