ZEROSECONDE.COM: Internet , la contre-démocratie (par Martin Lessard)

ZEROSECONDE.COM

Impacts du numérique sur la communication, notre société, nos vies.

Internet , la contre-démocratie

Internet modifie en profondeur les pratiques, mais aussi nos définitions de la démocratie. (...) Mais Internet ne sera pas la nouvelle Agora démocratique, cette fonction qui relève du Parlement. Source ntiourtite de Place de la Démocratie

Internet et démocratie. Hum! Un regard rafraîchissant à lire sur PdlD: on y découvre que Pierre Rosanvallon sépare les éléments de la démocratie en trois temps.

1. La prise de parole
"Internet diminue le coût d’accès à l’expression". L’opinion publique émerge d’une opinion individuelle, et non plus organisée et structurée.

2. Le débat
"La délibération est le pouvoir de changer son point de vue après s’être confronté aux opinions contradictoires". Or Internet nous permet d'échapper à la confrontation. Il y a toujours une communauté qui peut énoncer nos intérêts.

3. L’agir en commun
"Internet facilite plus facilement les actions en opposition que la construction d’enjeux positifs.
Internet serait au service de la Contre-démocratie, thème de son dernier ouvrage où il poursuit sa réflexion sur la citoyenneté et la participation."

C'est le livre que je me suis procuré hier: La contre-démocratie : La politique à l'âge de la défiance, de Pierre Rosanvallon, Et je compte bien le dévorer rapidement.

La contre-démocratie, ce n'est pas le contraire de la démocratie; c'est plutôt la forme de démocratie de suspicion organisé face à la démocratie de la légitimité électorale. Elle vise à prolonger et à étendre les effets des institutions démocratiques légales. Mais pas à lui donner des chèques en blanc.

Suspicion comme dans théories du complot mais aussi comme dans forum et discussion.

Un certain usage d'Internet semble donc émerger comme un pouvoir contre le pouvoir. Serait-ce la blogosphère? La blogosphère ce n'est pas juste des opinions polarisées comme l'on retrouve dans la sphère publique. Il y a une réelle diversité. Intéressant. A suivre

1 commentaires:

jeudi, novembre 09, 2006 9:39:00 AM Jean-Sébastien a dit...

Michel Venne citait justement Rosanvallon cette semaine en expliquant en quoi le BAPE est un excellent exemple de contre-démocratien organisée:

«Voilà exactement ce que fait le BAPE: il organise la défiance, la suspicion, l'incrédulité des citoyens en canalisant leurs interventions dans un mécanisme neutre, non partisan, fondé sur des données scientifiques fiables et sur la délibération.

Ces différents mécanismes de contre-pouvoirs, de surveillance, d'empêchement et de mise à l'épreuve du jugement, Rosanvallon, l'un des plus grands spécialistes mondiaux du fonctionnement et de l'histoire de la démocratie, propose de les appeler la contre-démocratie, titre de son plus récent ouvrage (publié au Seuil). La contre-démocratie n'est pas le contraire de la démocratie, précise-t-il, elle en est plutôt le prolongement et sert de contrepoids, dans une société du doute, du risque et de l'incertitude, à l'utopie représentative.

Le BAPE est un des meilleurs exemples connus de cette contre-démocratie organisée. Nous aurions intérêt, au lieu d'en souhaiter l'abolition, à nous en inspirer pour évaluer et débattre de tous les grands projets, avant que ceux-ci ne deviennent l'objet de contestations anarchiques et incontrôlables, parfois non fondées mais compréhensibles lorsque des pouvoirs élitistes se mettent en tête d'imposer leurs visées à un peuple incrédule.»

L'article complet est ici.

Publier un commentaire

Les commentaires sont fermés.