ZEROSECONDE.COM: Le retour à la brutalité en temps réel (par Martin Lessard)

ZEROSECONDE.COM

Impacts du numérique sur la communication, notre société, nos vies.

Le retour à la brutalité en temps réel

La mort de Kaddafi sur les réseaux sociaux. Al Jazeera semble avoir été le premier à avoir confirmer la nouvelle de sa capture, puis de sa mort. Et ensuite les médias sociaux s'en sont emparés.

Les téléphones mobiles permettent de documenter l'histoire qui se fait en temps réel. Et les images, les vidéos circulent à grande vitesse sur les réseaux. Principalement, encore une fois pour ce qui est de ce coin du monde, YouTube a été la télé du peuple en colère.

Je vous laisse retrouver les images par vous même (à vos risques et périls). Voici à la place une analyse de la situation, à chaud, mais qui donne de véritables repères:




L'attrait du réel

Ce qui trouble à la vue de ces images finales du tyran, outre l'horreur d'une fin atroce, c'est qu'elle met en contraction notre besoin de justice vengeresse ("il a ce qu'il mérite") et de justice des doits humains.

Tuer un prisonnier de guerre reste tout de même un crime.

Mais s'il fallait encore une fois montrer que ce n'est pas sur les réseaux sociaux qu'on trouve seulement des insanités, mais aussi dans les médias supposément grands, regardez les journaux britanniques qui ont abandonné toute retenue dans leur titre à la une (source):

:: The Sun: «Et voilà, pour Lockerbie»

:: The Times: «Un tyran rencontre sa mort»

:: The Daily Telegraph : «Pas de pitié pour un tyran sans pitié»

Quand Cyberpress se permet même de titrer « L'Occident se réjouit de la mort de Kadhafi », on voit bien ce qu'une décennie de Bushisme a fait pour faire reculer la justice internationale. L'Occident ne se réjouit pas de sa mort, mais bien de la fin du régime du tyran. On finit par trouver normal que l'on tue maintenant plutôt que juger. Ben Laden et Anwar al-Awlaki (tué récemment au Yémen, et surnommé le Ben Laden du web) ont été assassinés. Ah c'est vrai, nous sommes «en guerre contre le terrorisme», ils sont morts au combat.

La twittosphere arabe s'est embrasée et la mort de Kaddafi a été montrée comme un exemple de ce qui attend les autres dictateurs... Entre vengeance et besoin de justice.


2 commentaires:

vendredi, octobre 21, 2011 12:16:00 AM magicfab a dit...

Absolument d'accord :| Je suis révolté de ces réactions de joie - si besoin de justice il y avait, on l'aurait protégé pour le traîner devant les tribunaux.

vendredi, octobre 21, 2011 12:17:00 AM Jean-Francois Labrosse a dit...

Nous en somme rendu la... si un Banquier de Wall Street est tué demain cela vas être un scandale. les grand de ce monde ne cherche qu'a nous prouver que l'ONU ne sert a rien car leur but est plus grand que ca... les 1%

Publier un commentaire

Les commentaires sont fermés.