ZEROSECONDE.COM: Un cyberombudsman sur Facebook pour contrer l'intimidation à l'école (par Martin Lessard)

ZEROSECONDE.COM

Impacts du numérique sur la communication, notre société, nos vies.

Un cyberombudsman sur Facebook pour contrer l'intimidation à l'école

Dans le dernier mois, la notion d'intimidation chez les jeunes et de cyberintimidation (cyberbullying) dans les réseaux est passée au premier plan de l'actualité. Voici ressources et une idée pour votre école: un cyberombusdsman pour Facebook.
Beaucoup de ressources existent pour l'école et les professeurs pour contrer les cyberintimidation.

- Des ressources pour la classe destinées à contrer la cyberintimidation (5e année jusqu’au secondaire)

- Plan de module (ado-santé)

- Guide d’intervention pour les écoles secondaires

Édouard Morissette propose ici une liste de ressources si vous désirez aller plus loin.

Le sujet n'est clos pour autant, ni nouveau (François Guité en parlait dès 2008 et probablement Mario Asselin aussi), mais je désire apporter une piste de solution dans le débat.

Que doit faire un professeur sur Facebook?

Il n'y a pas encore de convention clairement établie pour l'usage d'un compte Fcebook pour les professeurs. Il semble que la tendance pousse les professeurs à ne pas accepter les demandes de mise en contact sur Facebook de leurs étudiants (particulièrement pour les jeunes étudiants).

Le professeur a complètement intérêt à séparer sa vie "privée" (si privée veut dire quelque chose sur Facebook) de sa vie scolaire, et avec raison. Ou alors, il gère son compte personnel comme il gère un compte corporatif. Il est préférable pour un professeur de s'ouvrir une page professionnelle sur Facebook pour ses étudiants, s'il veut garder son compte perso pour ses (vrais) amis. Sur sa page professionnelle, il a alors tout le loisir d'orienter les discussions uniquement sur les cours.

Mais comme il n'a pas accès à ce qui est échangé entre les étudiants sur leur compte personnel, c'est une piètre solution pour contrer la cyberitimidation sur Facebook (ce qui dépasse de toute façon son mandat).

Voici une idée pour aider une élève en détresse sur Facebook:

Un cyberombudsman pour l'école comme ami Facebook

Je pense que cette idée vaut la peine d'être développée: créer un compte "ombudsman Facebook" pour l'école, un compte "personnel" mais clairement identifié comme étant un compte de "l'ombudsman" de l'école.

Pour des raisons économique, mais aussi éthique, ça pourrait aussi être un ombudsman de la commission scolaire ou d'un regroupement d'écoles.

Cet "ombudsman" peut être géré par une ou plusieurs personnes, mais de façon complètement confidentielle (probablement des psychologues ou autres intervenants professionnels).

Les enfants qui se sentent menacés d'intimidation sauront qu'ils peuvent "devenir ami" avec cet ombudsman qui pourra alors scruté les conversations pour offrir une aide personnalisée.

Avoir un cyberombudsman permet donc, comme un surveillant dans la cour d'école, de signaler que les règles de civilité s'appliquent aussi en ligne.

La pratique doit être strictement encadrée (en particulier pour tout ce qui concerne la confidentialité). Mais une fois ces paramètres balisés , votre école pourra donner suite à des appels au secours de jeunes qui se disent dans une situation de cyberintimidation («devient ami avec ce compte-là!»). La contrepartie pour l'élève, c'est de laisser ce "surveillant" venir observer ce qui se dit réellement afin de lui venir en aide.

Il se peut que l'école ait à travailler avec un réseau social plus étendu pour supporter cette initiative. Ceux qui sont sérieux à vouloir lutter contre la cyberintimidation (sur Facebook) devrait se pencher sur cette idée.

N'hésitez pas à commenter pour améliorer cette idée.

2 commentaires:

dimanche, décembre 18, 2011 8:16:00 AM François Lessard a dit...

L'ombudsman du cyber espace ne peut être comparer à un surveillant. Le surveillant s'occupe de la cours de récréation , le cyber surveillant tombe en dehors du territoire de l'école , en zone privée. Un surveillant qui s'occupe de surveiller en dehors de l'école on appelle ça un policier . Votre cyber ombudsman ne peut pas venir du milieu scolaire, ce n'est pas sa juridiction . Au fait , Facebook est sous quelle juridiction?

lundi, décembre 19, 2011 8:26:00 AM Martin Lessard a dit...

François, il n'y a pas de frontières claires où finit la cour de récré numérique et le domaine privé. Mais le cyber-ombudsman serait un service offert par l'école (comme les services de toxicomanie). Et il serait sur base volontaire. Le jeune qui souhaite avoir un regard extérieur (et expérimenté) sur la situation d'intimidation aurait au moins la possibilité de laisser un spécialiste observer les échanges.

Au-delà du numérique, ce sont des vraies personnes qui sont derrière les comptes Facebook.

Publier un commentaire

Les commentaires sont fermés.