ZEROSECONDE.COM: Yulblog : Le blogue comme antidote du small talk (par Martin Lessard)

ZEROSECONDE.COM

Impacts du numérique sur la communication, notre société, nos vies.

Yulblog : Le blogue comme antidote du small talk

(Ce billet a été écrit suite au yulblog et représente un spin-off d'une conversation, c'est à dire que je reprends essentiellement des idées discutées et rajoute des réflexions lors de la retranscription)

Seuls quelques rares carnetiers montréalais paraissent ne pas avoir pris connaissance du blogue de Martine Pagé (ni.vu.ni.connu), une froguette in the valley revenue au bercail avec un carnet sous le bras.

Entre autres sujets discutés avec elle, celui sur les conversations asynchrones offertes par la blogosphère semble apporter une pierre à l'édifice.

Le big talk
Au sortir de l'université, quand la vie, le travail, la famille réduit en cendre les derniers millimètres d'espace-temps personnel il devient excessivement rare de pouvoir soutenir régulièrement ou fréquemment des conversation d'un niveau élevé

Par élevé s'entend une conversation alimentée par une envie de partager et d'apprendre, en général autour d'un thème peu trivial, souvent idéaliste, tout le temps passionnant.

Pour y arriver il s'agit souvent de combiner quatre facteurs furtifs :
  • les bonnes personnes,
  • le bon timming,
  • le bon sujet et
  • une énergie suffisante.
La probabilité de rencontrer ces quatre facteurs diminue avec le temps. Le small talk s'installe.

Le small talk
Le small talk c'est la version conversationnelle de la musique d'ascenseur.
C'est :
  • le débat sur la météo,
  • le point de vue sur le match sportif de dimanche
  • l'échange sur les plaies de lit,
  • la revue des émissions télé de la veille ou
  • les vertus des derniers produits à la mode.
  • (ajoutez ici les derniers mots échangés avec votre collègue près de la machine à café)
Avec les blogues je peux retrouver, de façon asynchrone, les quatre facteurs décrits plus haut:
  • Il me faut le Url du blogue des gens intéressants,
  • Je choisis l'heure et le jour (ou plutôt la nuit car dans mon cas c'est toujours sur mon temps de sommeil que je blogue)
  • Je recherche le thème de discussion
  • ...et quand j'ai l'énergie je participe à (ou démarre) ces conversations asynchrones.
Cet avantage permet de regrouper des temps morts et d'augmenter le ratio discussion profonde versus le small talk. Notez que je n'ai rien contre le small talk, des fois un bon Kool-Aid rafraîchit davantage qu'un jus hyperconcentré aux agrumes.

L'antidote
Comme j'ai deux enfants en bas âge, les horaires de sorties ne coincident pas toujours (pour ne pas dire jamais) entre ceux de mes amis, de ma famille et de mon corps.

Le blogue me permet de ne pas être disconnectés des autres cerveaux ou de ne pas disconnecter le mien (après un certain temps d'inaction, la machine se mets à sleep et passe en hibernation jusqu'au bal de graduation du petit dernier; ensuite essayez de faire un reboot sur un vieux système, vous m'en direz des nouvelles).

La conversation asynchrone s'affranchit de l'espace-temps. Elle ne remplace pas la vraie conversation (synchrone, sur place). Elle la complète. Dans mon cas, la blogosphère est l'antidote du small talk qui me guette dans mon quotidien épuisant.

Mais le blogue n'a pas cette vertu en soi. Quelqu'un pourrait l'utiliser pour faire le contraire, s'il le veut. Mais si la parole est personnelle et sincère l'antidote devrait faire effet.

Médicament "passé date"
Ce qui est dommage c'est de voir que la conversation est aussi prisonnière de la pression médiatique de la nouveauté. Les archives des blogues ne sont pas si (ré)utilisées qu'il parait. On se contente de lire les derniers posts. Il est effectivement rare qu'un billet d'il y a deux ans (ré)sucite un débat sur le post original ou qu'il provoque une réactualisation ailleurs...

Je vais revenir sur ce dernier point...

4 commentaires:

samedi, juillet 09, 2005 12:36:00 PM Alex a dit...

Je ne peux témoigner en ce qui concerne un billet ressuscitant une discusssion sur un autre carnet puisque je ne crois pas que ça me soit déjà arrivé.

Par contre, je dois dire que la plupart de mes vieux billets revisités sont souvent commentés de bien mauvaise façon. L'auteur du commentaire ne tient pratiquement jamais compte du contexte ni de la date à laquelle le billet a été écrit. Ce qui est bien évidemment absolument essentiel.

Souvent les gens qui commentent de vieux billets ne connaissent pas très bien le format. Ce ne sont pas les habitués de carnet qui repassent les archives (du moins, la plupart du temps) mais plutôt ceux qui trouvent un billet en particulier en effectuant une recherche à partir d'un moteur.

Ceci dit, la solution n'est pas de fermer les commentaires après un certain temps, enfin selon moi. Je préfère les laisser ouvert parce que je crois qu'avec le temps, les gens utiliseront mieux le média.

samedi, juillet 09, 2005 10:51:00 PM Martin Lessard a dit...

Les gens qui tombent sur nos archives proviennent en général d'un moteur de recherche, effectivement.

Je crois qu'il faut être patient, les blogues sont en soi un genre de mode de communication. Il faut donc un apprentissage, ce qui prend du temps.

Alex, je suis d'accord avec toi, il faut pas fermer les commentaires pour autant.

Ce que je trouve dommage, c'est que les conversations s'arrêtent. Personne ose en redémarrer un qui daterait de 2 ou 3 ans. On vit sous la dictature du temps présent.
Ça semble un effet secondaire du genre: les conversations semblent ne posèder de la valeur que dans l'actualité.

vendredi, juillet 22, 2005 4:47:00 PM Martine a dit...

Parlant de conversations asynchrones, voici que je commente sur ce billet, quelques semaines plus tard! (Je pense que j'ai eu des problèmes avec ton fil RSS...)

Il m'arrive de tomber sur de "vieux" billets que je n'avais pas vu mais je m'abstiens souvent de commenter parce que j'ai l'impression de parler dans le vide. Ce ne sont pas tous les systèmes de publication et de commentaires qui envoient un avertissement à l'auteur d'un billet quand une nouvelle réponse apparaît. Ça aussi, ça devrait changer avec le temps...

vendredi, juillet 22, 2005 6:03:00 PM Martin Lessard a dit...

Martine, cette impression de parler dans le vide, tu n'es pas la seule à l'avoir. Les vieux posts donnent cette impression. Je crois que quand on aura des agrégateurs fiables et puissants on pourra dire que la réponse va se rendre à bon port. D'ici là, cette impression de jeter une bouteille à la mer sera dominante (surtout avec les newbies).

Ce que j'ai remarqué aussi que certains blogs bloquent les commentaires après une certaine période - peut-être à cause des spams, peut-être par désuètude...

Dans certain cas, c'est très frustrant, car le côté asynchrone est perdu...

Publier un commentaire

Les commentaires sont fermés.