ZEROSECONDE.COM: Vision of ashes and snow (par Martin Lessard)

ZEROSECONDE.COM

Impacts du numérique sur la communication, notre société, nos vies.

Vision of ashes and snow

La plus belle exposition de photo sur le web qu'il m'a été donnée de voir.

ASHES and SNOW


Le site web offre une expérience magnifique, simple, efficace qui transmet une émotion rare sur Internet. Une poésie à couper le souffle. Des images du paradis, inoubliable!



C'est le site officiel du musée itinérant de l'artiste Gregory Colbert, qui s'est transporté à Santa Monica la semaine dernière (après être passé à new York et débuté à Venise en 2002). Un musée temporaire où des affiches géantes tapissent un espace magique où les animaux et les hommes vivent dans un temps arrêté.

Il y a aussi des vidéos à travers les photos qui rendent le tout tout simplement intense et envoutant.

ASHES and SNOW version haute vitesse ou basse vitesse.

7 commentaires:

vendredi, janvier 27, 2006 9:36:00 AM JT a dit...

Merci pour le lien vers ces photos aussi magnifiques que 'dérangeantes'.

mardi, février 21, 2006 6:03:00 AM Nadia a dit...

Merci pour les photos.
Envie aussi de partager : à découvrir ce photographe, canadien je crois : Edward Burtynsky.

Ses photos sont belles à faire grincer des dents : quelquechose de la corruption au coeur du fruit : beauté fatale, monde empoisonné.
Des photos de carrière à ciel ouvert, de barrages chinois innondant la région, etc.

http://www.edwardburtynsky.com/

Tu me diras ce que tu en penses.

Une bloggueuse parisienne, qui apprécie de te lire.

Nadia

mardi, février 21, 2006 9:35:00 AM Martin Lessard a dit...

Nadia, ces photos sont effarantes! Ce n`est plus de l`art mais de la politique! ;-)

Ces photos de l`environnement ~humain~ sont `a couper le souffle.

Un charge tres forte contre le monde industrialise...

lundi, février 27, 2006 5:17:00 AM Nadia a dit...

Contente que tu apprécies.

lundi, février 27, 2006 12:06:00 PM Martin Lessard a dit...

Nadia, Les photos de Burtynsky sont en fait en contraste flagrant avec ceux de Colbert. Ce dernier montre un monde idylique où l'humain vit en harmonie avec la nature. Le premier montre l'impacte ce sa technologie sur l'environnement.

Dans les deux cas les images sont puissantes. Merci encore de m'avoir fait découvrir Burtynsky...

mercredi, mars 01, 2006 9:52:00 AM Anonyme a dit...

Oui tu as raison.
L'un rend le poétique réel, l'autre révèle ce qu'il y a de poétique dans le plus glauque à priori des réels.

Je l'ai découvert dans un magazine américain Black Box. Et j'avais gardé son nom en tete.

Et pour ton blog, je l'ai découvert en fait avec l'article sur la blogosphère allemande. que j'ai trouvé incisif et fin. Donc depuis, je te lis.

mercredi, mars 01, 2006 9:55:00 AM Anonyme a dit...

j'ai oublié de signer le billet précédent.
c'était Nadia qui te répondait

Publier un commentaire

Les commentaires sont fermés.