ZEROSECONDE.COM: Reglementer internet? (par Martin Lessard)

ZEROSECONDE.COM

Impacts du numérique sur la communication, notre société, nos vies.

Reglementer internet?

Alain Brunet, de La Presse, nous offre un scoop : Le CRTC pourrait réglementer Internet. (via Michel Dumais)

M. Arpin, vice-président, radiodiffusion, au CRTC, cet organisme qui réglemente et surveille le système canadien de radiodiffusion et de télécommunications, compte tenir des audiences sur Internet et trois questions seront posées:
  1. Devrait-on réglementer l’internet?
  2. Si oui, comment devrions-nous le faire?
  3. Quels résultats devrait-on anticiper?
Comme le dit Michel Dumais "Réglementer Internet, vouloir satisfaire les demandes du lobby culturel, jouer avec la neutralité du Net, c’est ouvrir une boîte de Pandore".

On dirait que la grenouille veut avaler le boeuf. À surveiller de très près, car il pourrait au moins avaler une patte et faire tomber la bête!

5 commentaires:

mercredi, octobre 31, 2007 4:43:00 PM Jean-Marc Langevin a dit...

Quand on se cherche du nouveau travail c'est signe que l'on ne c pas quoi faire.

mercredi, octobre 31, 2007 7:52:00 PM SebastienProvencher a dit...

Martin,

C'est le genre de dossier auquel il (notre industrie montréalaise) faudra s'attarder, quitte à mobiliser les blogueurs et déposer un mémoire...

mercredi, octobre 31, 2007 10:56:00 PM Martin Lessard a dit...

Je ne sais pas ce que ça cache (attaque de la neutralité du net?) mais oui il faut surveiller ça de très près.

mercredi, octobre 31, 2007 11:01:00 PM Martin Lessard a dit...

Ce qui était dans le rapport de 1999 (où le crtc a dit qu'il ne voulait PAS réglementer internet) c'est:

- La plus grande partie de ce qui est transmis sur Internet est essentiellement alphanumérique et, par définition, n’est pas de la radiodiffusion au sens où l’entend la Loi sur la radiodiffusion.

2. Le matériel transmis sur Internet et que l’utilisateur peut, dans une large mesure, « personnaliser » ou adapter à ses propres besoins n’est pas destiné à un usage « grand public » et n’est donc pas de la radiodiffusion.

3. Le reste du matériel correspond bien à la définition de radiodiffusion, telle qu’énoncée dans la Loi sur la radiodiffusion, mais il ne sera pas réglementé pour les motifs suivants :

* Les nouveaux médias complètent la radiodiffusion traditionnelle plus qu’ils ne s’y substituent. D’importants progrès technologiques ou autres seront nécessaires avant que les nouveaux médias ne puissent remplacer les médias traditionnels.

* Le Conseil estime que réglementer les nouveaux médias n’ajouteraient pas à l’atteinte des objectifs de la Loi sur la radiodiffusion.

* Il y a une présence canadienne importante sur Internet aujourd’hui, renforcée par la demande des consommateurs pour des services de nouveaux médias canadiens.

* Il existe de nombreux débouchés commerciaux et suffisamment d’incitatifs du marché pour stimuler la production et la distribution de contenu canadien.

* Le gouvernement fédéral et les gouvernements provinciaux ont mis en place des mesures aptes à favoriser la présence de contenu canadien sur Internet.

* Il existe des outils plus adéquats que la réglementation du Conseil pour régler les problèmes de contenu offensant ou illégal sur Internet, comme par exemple Le Code criminel canadien, la Charte des droits et libertés, l’autoréglementation de l’industrie, divers logiciels de filtrage du contenu et une sensibilisation accrue aux médias.

(on voit que des choses ont changé depuis, c'est indéniable)

jeudi, novembre 01, 2007 9:47:00 AM SebastienProvencher a dit...

Je trouve que l'angle le plus intéressant dans l'analyse de 1999 est celui de la personnalisation. Il est sans équivoque que le degré de personnalisation du Web en 2007 est maintes fois supérieur à celui de 1999. On se retrouve donc encore devant un débat entre broadcast vs. narrowcast.

Publier un commentaire

Les commentaires sont fermés.