ZEROSECONDE.COM: Interlude 4 : Girly man (par Martin Lessard)

ZEROSECONDE.COM

Impacts du numérique sur la communication, notre société, nos vies.

Interlude 4 : Girly man

La mondialisation a ça de bon. Bollywood mélangé à Michael Jackson et (pseudo)-traduit en anglais. Ça donne 3,7 millions de visionnements pour ce Thriller indien...



La version originale est ici (sans les sous-titres de Buffalax) avec 11 millions de visionnements.

"Buffalaxer" (buffalexed) devient presque un verbe pour nommer ces "traductions" qui sont en fait des transcriptions approximatives des sons "entendus" par une oreille non exercée.

Là encore, le viral fonctionne sur la base d'un regard sarcastique face à un genre culturel (venu de Bollywood) élevé au rang de kitch accompli aux yeux des Occidentaux.

Il ne nous vient même pas à l'idée que l'on peut regarder nos mêmes travers culturels médiatiques sous un angle anthropologique et trouver ça tout aussi "comique".

Eux, ils ne trouvent pas nos travers comiques. Il faut dire qu'ils reçoivent nos représentations médiatisées par des canaux officiels. Les leurs nous arrivent par la bande, détournées, par des canaux officieux. Le rapport au contenu ne peut donc pas être le même.

Le rapprochement des civilisations passe peut-être nécessairement par ce regard croisé par YouTube interposé. Le viral, via les plateformes vidéo, offre une fenêtre sur le monde (ou plutôt un soupirail) sur ce qui se consomme culturellement ailleurs (et que nos monopoles médiatiques locaux ne souhaitent surtout pas que vous aimiez...)

Nous finirons demain avec un petit dernier, pas piqué des vers, et qui nous donnera un petit aperçu derrière le décor.

3 commentaires:

jeudi, août 21, 2008 10:35:00 AM enkerli a dit...

«Eux, ils ne trouvent pas nos travers comiques. Il faut dire qu'ils reçoivent nos représentations médiatisées par des canaux officiels.»
Ah bon??

vendredi, août 22, 2008 8:59:00 AM Jean-Sebastien a dit...

Bonne vidéo de Buffalax. Par contre, son plus grand "succès" d'interprétation sonore est une chanson purement indienne qui obtient plus de 7M de vues. Permettra-t-elle un rapprochement entre l'occident et l'orient? Je ne suis pas convaincu, mais l'exercice permet de faire connaitre la culture pop indienne aux occidentaux incultes et nombrilistes.

dimanche, août 24, 2008 11:17:00 PM Martin Lessard a dit...

Enkerli, "ils reçoivent nos représentations médiatisées par des canaux officiels": je veux dire par là que l'accès à notre culture, et à "l'image de notre culture", provient de médias "légitimes" comme le cinéma, la télévision, les journaux.

En Occident, la culture populaire des autres civilisations n'ont pas droit de citer s'ils ne sont pas estampillé "consommables" (acculturées).

Ils faut passer par des "canaux alternatifs" (un petit disquaire d'importation, un fanzine ou un canal sur youtube) pour le découvrir. Ce qui donne un ton intimiste, marginal ou secondaire (en apparence) face aux canons servis par nos médias officiels..

Publier un commentaire

Les commentaires sont fermés.