ZEROSECONDE.COM: Votre nom ne vous appartient pas (par Martin Lessard)

ZEROSECONDE.COM

Impacts du numérique sur la communication, notre société, nos vies.

Votre nom ne vous appartient pas

Vie professionnelle, vie relationnelle et vie personnelle devraient-elles faire partie de tout réseau social en ligne?

Ce qui était posé comme une affirmation sur Twitter ce matin, je le tourne en question ici. C'est qu'il me semble qu'il y a matière à se poser une préquestion : veut-on mélanger vie professionnelle, vie relationnelle et vie personnelle dans les réseaux sociaux?

Si on sépare vie en secteur professionnel, relationnel et personnel, c'est qu'ils sont déjà des zones étanches avec leur propre logique interne. Le choix de les mélanger demande de savoir à qui ces secteurs appartiennent avant.

Vie personnelle: le propriétaire de cet espace, s'il est mature, doit être capable de décider lui-même des traces qu'ils laissent sur le réseau. Où il les laisse est une autre question. On a encore en tête l'histoire de Marc L.

Vie relationnelle: nous sommes copropriétaires de cet espace. La vie amoureuse ou familiale sont des sous-secteurs qui méritent un niveau de protection supérieure ou du moins peuvent et devraient être traités séparément. La vie publique relationnelle doit, elle, cogérer sa présence en fonction des autres espaces de vie personnelle de ceux et celles ont a une "relation". Facebook offre cet espace de coprotection (pour voir la vie relationnelle d'un groupe, on doit faire partie de ce groupe).

Vie professionnelle : elle est et a toujours été la sphère publique de toute personne. On en contrôle une partie, mais elle de l'ordre public. C'est presque un devoir d'être en ligne pour contrôler son identité. J'affirmerais même que nous ne possédons pas notre nom. Je m'explique un peu plus bas.
Si on accepte que la vie relationnelle doive être corégie et qu'il faille alors la cultiver dans des réseaux sociaux protégés (à la Facebook), que penser des deux autres?

La vie personnelle et la vie professionnelle s'opposent. Elles s'opposent, sur le réseau, dans le sens qu'elle réclame le même territoire (soi-même) alors qu'elle devrait occuper deux territoires distincts (le soi intime et le soi public). Dans la vraie vie, cette contradiction se résout en ayant une attitude différente selon le lieu (public ou privée). On agit différemment si on est en situation de "vie publique" ou de "vie professionnelle ".

Traçabilité de vos vies
Sur le web, les deux vies par leurs traces se côtoient simultanément : deux profils ouverts, personnels et professionnels, ouvrent simultanément aux deux sphères respectives le contenu l'une de l'autre sans filtre. Il n'y alors pas de vie professionnelle ou personnelle distincte. C'est la même vie aux yeux de ceux qui y accèdent à travers les réseaux sociaux (prenons ici le cas de deux profils distincts, mais ouverts à tous).

C'est ce qui m'amène à dire que nous ne possédons pas notre nom. Nous n'avons jamais possédé notre nom. Internet n'y est pour rien. Votre nom est associé avec la compagnie qui vous emploie. Essayez de parler en votre nom personnel sur les réseaux à propos d'un élément extrêmement dérangeant pour votre compagnie. De multiples exemples parsèment la blogosphère.

Votre nom ne vous appartient pas
Pourquoi? parce que sur le réseau il est un mot clef avec lequel on peut faire une recherche. Votre nom ne vous appartient pas parce qu'il ne vous permet pas de vous réfugier dans votre vie personnelle (et que vous souhaitiez les amalgamer volontairement, c'est à votre guise, mais mon point tient quand même, vos deux vies ne sont pas séparées et deviennent publiques, donc professionnelles).

Notre nom ne nous appartient pas, car il était déjà public.

Dans les réseaux sociaux, sur le web, comme dans la vraie vie, si vous souhaitez une vie personnelle, il faut la protéger. L'anonymat est une façon de conserver son identité (en général, seuls les intimes savent qui se cachent derrière un nom anonyme).

En public, votre nom appartient à tous, car il est la clef de recherche. Que vous soyez à votre compte n'y change absolument rien. Vous ne faites que reprendre le contrôle du domaine, mais vous êtes à la merci de votre réputation. Vous devez respecter votre propre réputation que vous vous êtes créée. Vous ne faites maintenant que le gérer en fidéicommis. Et si vous le faites bien, vous en contrôlez ce qui en émane, pour vous permettre de créer une vie personnelle ailleurs...

Sur l'identité numérique:
2 barcamps à ne pas manqué via @eogez

Lille 28 mars You on the web premières Rencontres sur l’identité numérique, l’e-réputation et le personal branding en région Nord Pas de Calais.
Paris 4 avril E-Reputation (une centaine de place à la Cantine) ) E-reputation débat public ou privé? Gère t’on de manière différente l’e-reputation d’une personne et d’une entreprise?

5 commentaires:

mardi, mars 10, 2009 8:29:00 AM espritlogique a dit...

Je vois pas bien ou tu veux en venir.

L'internet nous montre qu'il faut faire une distinction entre nom et identité.

La carte d'identité est bien pratique pour la justice et les créanciers. :lol:

Le pseudo est une identité qui ne coincide pas nécessairement avec l'identité définie par la société pour nous gérér.

Avec les droits d'auteurs excessifs actuels et une appelation qui peux devenir une propriété intellectuelle, tout devient possible ou presque.

Paul

mardi, mars 10, 2009 4:36:00 PM Martin Lessard a dit...

Paul, je vais te faire une image très claire:

martinlessard.com

Que penses-tu que tu vas trouver à cette adresse? Des images compromettantes? un photo blogs de vomis? ma vie sentimentale?

Non, mon nom ne m'appartient pas.

Mon nom est ma vie professionnelle. La première chose (la plus facile) pour un employeur, un investisseur, un collègue, est de retrouver mon site et de voir qui je suis.

C'est une autre façon de dire que c'est obligatoirement mon cv en ligne. Un cv "augmenté" car il peut prendre plusieurs formes (artistique, ou autre).

Mais dans tout les cas, c'est un profil public, contrôlé et par le fait même, qui ne m'appartient plus.

Est-ce que ça a plus de sens?

mercredi, mars 11, 2009 5:48:00 PM Christian Aubry a dit...

Il est juste que la confusion entre le personnel/intime, le personnel/privé et le professionnel/public crée beaucoup de confusion sur le Web et, particulièrement, dans les médias sociaux.

Mais si l'on pousse ton raisonnement un peu plus loin, absolument rien ne nous appartient vraiment. Pas plus notre corps, fragile jusqu'à la mortalité, que notre nom, lié à une réputation ultimement incontrôlable, ou que les objets que nous croyons posséder, alors qu'ils peuvent, à tout moment, nous échapper: faillite, divorce, vol, dette de jeu ou simple bad luck.

Ce qui importe, je crois, c'est d'harmoniser le plus possible les images publiques que l'on projette dans ces différentes sphères afin de les rendre cohérentes. Peu importe que l'on soit humble ou flyé, l'enjeu majeure se trouve dans cette cohérence.

Et je trouve, personnellement, que les réseaux sociaux sont bénéfiques s'ils nous obligent jusqu'à un certains point à rendre nos vies plus cohérentes, plus "unies", plus transparentes aussi.

mercredi, mars 11, 2009 7:18:00 PM Emergent a dit...

Salut Martin

N'oublie pas que webcom-Montréal se penchera aussi sur l'identité numérique le 13 mai prochain.
http://www.webcom-montreal.com

jeudi, mars 19, 2009 12:06:00 AM MAG a dit...

Je me sens TRÈS concerné par ton post je dois dire... J'ai justement un blog sur ma vie professionnelle... Je raconte tout à propos de ce que j'ai vécu dans l'industrie.

Or, je protège mon identité en demeurant vague et je ne divulgue aucun nom qui existe afin de garder l'anonymat.

Si tu veux jeter un coup d'oeil c'est au www.mag-live.ca

Publier un commentaire

Les commentaires sont fermés.